Immobilier neuf

Ébullition sur le marché du crédit immobilier : Les banques en quête de nouveaux clients

Le secteur du crédit immobilier connaît actuellement une nouvelle dynamique, avec les banques qui repartent à la conquête de nouveaux clients. Cette tendance s’accompagne de changements  significatifs dans les offres de prêts et dans la manière dont les banques interagissent avec les emprunteurs potentiels. Dans cet article, nous explorerons les raisons de cette reprise, les opportunités et des conseils utiles pour les futurs acquéreurs.

Actuellement, le secteur du crédit immobilier connaît une nouvelle dynamique, avec les banques qui reprennent à la conquête de nouveaux clients. Cette tendance change les offres de prêts et comment les banques interagissent avec les emprunteurs potentiels. Dans cet article, nous explorerons les raisons de cette reprise, les opportunités et des conseils utiles pour les futurs acquéreurs.

Des taux d’intérêt compétitifs : Un atout majeur

– Évolution des taux en fin d’année

Cette année, les taux immobiliers rencontrent quelques changements, mais il semble que nous sommes proches d’une période de stabilité.Analysons ces changements et ce qu’ils impliquent pour les emprunteurs :

● 3,75% sur 15 ans
● 3,95% sur 20 ans
● 4,10% sur 25 ans

– Taux moyen et meilleur taux

En décembre 2023, le taux moyen du crédit immobilier sur 20 ans est de 4,35 %, soit une augmentation de 10 points de base par rapport à novembre. Cependant, le meilleur taux sur cette durée est de 3,90 %, en augmentation de 20 points de base.

Des conditions d’éligibilité plus souples

Les emprunteurs ont été particulièrement touchés par la concurrence entre les établissements bancaires depuis le mois de septembre, cette concurrence accrue est une réponse directe à la réduction du coût de l’argent, une tendance qui bénéficie grandement aux emprunteurs.

Cette concurrence a conduit à une série de modifications et d'améliorations des offres destinées aux emprunteurs potentiels. Ces adaptations sont revêtues de différentes formes:

● Des réductions de taux d’intérêt ;
● Des frais de dossier réduits ;
● Des conditions de remboursement plus flexibles ;
● Des avantages supplémentaires tels que des périodes de grâce pour les remboursements ;

Des offres personnalisées pour répondre aux besoins uniques

Les banques ont adapté leurs offres pour répondre de manière spécifique aux besoins des emprunteurs, elles sont désormais en mesure de proposer des solutions sur mesure en prenant en considération des éléments tels que la durée du prêt, le montant emprunté, ou la situation financière du client.
Cette situation offre des opportunités aux futurs acquéreurs, qui peuvent tirer avantage de la concurrence pour obtenir un crédit immobilier aux conditions des plus intéressantes.
En résumé, en 2024, les emprunteurs immobiliers ont d'excellentes occasions, car les taux immobiliers restant stables, offrent aux emprunteurs la possibilité de profiter de la compétition entre les banques. Vous devez juste préparer soigneusement votre dossier et l’essentiel pour optimiser vos chances de succès.

Pour toute demande d’informations, vous pouvez contacter notre équipe KACIUS au 01 42 66 50 70 ou par email à l’adresse contact@kacius.fr.

Vous pouvez également retrouvez l’ensemble de nos programmes immobiliers sur notre site dédié.

Où investir dans l’immobilier en 2023 ?

L’investissement immobilier intéresse de nombreux français qui désirent se constituer un patrimoine immobilier et bénéficier d’une défiscalisation avantageuse. Découvrez notre sélection de villes où investir dans l’immobilier en 2023 !  

1. Toulouse

C’est l’une des communes françaises les plus peuplées avec environ 450 000 habitants, sans compter son agglomération.

Elle est la 4ème ville de France et connaît une forte croissance démographique. Elle plaît par sa localisation entre et montagne et son dynamisme économique en matière de technologies de pointe. Elle offre de nombreuses promenades et de lieux de détente qui participent à l’attractivité de la ville.

C‘est une ville étudiante dotée de 3 grands pôles universitaires et d’importantes écoles supérieures. Il existe une très forte demande en logements, car les biens proposés sur le marché de l’immobilier ancien sont en faible quantité, ce qui favorise la construction de programmes neufs. La rentabilité locative peut facilement dépasser 5% pour les studios et les appartements du T2 au T3 situés dans les quartiers recherchés. Avec plus de 26 000 nouveaux habitants et plus de 21 000 emplois créés en 5 ans, elle se prépare à devenir la 3e ville de France d’ici 2025.

2. Bordeaux

La capitale de la région aquitaine possède un climat agréable et doux toute l’année, de jolis marchés, des vignobles mondialement célèbres, une gastronomie de luxe et une qualité de vie unique.

Située au bord de l’océan Atlantique et à proximité des Pyrénées, elle possède une situation idéale. La métropole rayonne grâce à ses nombreux projets urbains et à sa modernisation. Elle est un pôle universitaire important avec ses plus de 100 000 étudiants par an dans ses grandes écoles, ses instituts supérieurs et ses universités de prestige. La ville bénéficie également de grands projets urbains qui devraient voir le jour sur les prochaines années, notamment du côté de la gare St-Jean avec le développement du quartier Euratlantique.

3. Rennes

Rennes est célèbre pour son patrimoine, son dynamisme et sa qualité de vie. Elle est la ville la plus peuplé du grand ouest et la première ville de Bretagne. Avec son importante offre culturelle et ses prix immobiliers raisonnables, elle attire chaque année de nouveaux habitants et étudiants.

Elle se développe en permanence, elle plaît autant aux étudiants qu’aux familles et actifs. La ville dispose d’un réseau de transports en commun, de 145 lignes de bus et bientôt 2 lignes de métro automatiques. Elle est labellisée ville d’art et d’histoire et détient 90 édifices protégés au titre des Monuments historiques. Au fil des décennies, elle a su préserver son superbe patrimoine médiéval et le mettre en valeur. 

4. Montpellier

Montpellier est la 8ème ville de France, elle se situe dans l’Hérault en région Occitanie à 7km de la mer Méditerranée. Elle est réputée pour la richesse de son patrimoine historique, pour sa douceur de vivre, son climat et son superbe cadre de vie, elle attire aussi bien les actifs que les étudiants et les séniors, les jeunes couples, les familles et les entreprises.

C’est également une ville très étudiante (un habitant sur quatre). On compte 3 universités et 6 grandes écoles de commerce. En 2022, Montpellier fait face à une forte demande de logement et le prix moyen au m² a lui augmenté de 7%. L’immobilier neuf en particulier se développe de façon significative et le rendement locatif s’avère particulièrement intéressant.

5. Lille

Lille est considérée comme le joyau de la région Haut de France tant par son patrimoine architectural que par son cadre de vie plaisant et convivial. Elle est très attractive et attire les actifs venus de France et de l’étranger. Grâce au TGV, la métropole lilloise se trouve à 1h de Paris et 1h20 de Londres. La ville a de nombreuses infrastructures sportives, et propose de nombreux événements culturels.

Elle s’est également bien développée ses dernières années avec l’accueil d’écoquartiers, de pistes cyclables et de maillage de transports en commun. C’est également le second pôle universitaire de France avec plus de 110 000 étudiants dans plus de 30 instituts de l’enseignement supérieur.

 

Dans l’ancien ou dans le neuf ?

 Plus qu’un choix de cœur l’investissement immobilier est un choix de raison. Il y a donc un certain nombre de critères à prendre en compte avant d’investir. Il faut d’abord choisir des villes accessibles, en croissance où la démographie est dynamique, regardez également le taux de vacance qui indique le pourcentage de logements vides et inoccupés, il pourra vous aiguiller. Pensez à la taxe foncière qui peut être un critère pour faire son choix.

Enfin, faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ? Nous ne trancherons pas ici cette question, mais voici quelques éléments à considérer.

Si l’ancien a votre préférence, faites attention à l’étiquette énergétique des logements et privilégiez plutôt ceux dont le DPE est classé D (pour éviter des travaux trop lourds). En effet, les logements considérés comme des passoires énergétiques (notés de G à E) vont progressivement être interdits à la location et les propriétaires devront alors les rénover. Par contre l’ancien s’achète jusqu’à 30% moins cher que le neuf et s’amortit plus rapidement.

Si vous souhaitez investir dans le neuf, le dispositif Pinel qui est reconduit reste intéressant malgré une rentabilité certes moindre en 2023 (et une baisse qui sera encore plus drastique en 2024). Pour continuer de bénéficier du taux plein, il faut miser sur le Pinel + (ou super Pinel). Ce dernier permet de conserver les mêmes avantages fiscaux que le Pinel classique, à condition de respecter un certain nombre de critères d’éligibilité. Ainsi pour bénéficier d’une réduction à taux plein de 21% sur 12 ans, le logement doit être situé dans une zone QPV (Quartier Prioritaire de la Ville) ou respecter des normes de confort (surface, espace extérieur, etc.) et des normes environnementales (DPEA).

Pour toute demande d’informations, vous pouvez contacter notre équipe KACIUS au 01 42 66 50 70 ou par email à l’adresse contact@kacius.fr.

Vous pouvez également retrouvez l’ensemble de nos programmes immobiliers sur notre site dédié.

Focus sur les nouveautés de la Loi de Finances 2023

Le 31 décembre 2022, la nouvelle loi de finances pour 2023 a été publiée au JO. Retour sur les 5 principales mesures et modifications qui ont un impact sur la gestion de patrimoine immobilier.

  • Changement des tranches d’impositions et introduction du Taux Marginal d’Imposition (TMI)

En 2023, les limites des tranches du barème de l’IR sont revalorisées de 5,4%
Le barème de l’imposition des revenus perçus en 2022 s’en trouve ainsi modifié comme suit :

  • jusqu’à 10 777 € : 0 %
  • de 10 777 à 27 478 € : 11 %
  • de 27 478 à 78 570 € : 30 %
  • de 78 570 à 168 994 € : 41 %
  • plus de 168 994 € : 45 %

De plus, et c’est une petite nouveauté, votre avis d’imposition précisera votre TMI (Taux Marginal d’Imposition) en plus de votre Taux Moyen d’Imposition. Il ne faut pas confondre les deux : on vous explique. Le TMI permet de mesurer le coût fiscal de vos revenus complémentaires. C’est tout simplement le taux auquel vous êtes imposé sur la dernière tranche de vos revenus (l’impôt sur le revenu étant calculé avec 5 tranches selon un barème progressif : 0% ; 11% ; 30% ; 41% ; 45%). Le Taux Moyen d’Imposition, quant à lui, représente la part de votre impôt dans vos revenus.

  • Déficit Foncier : le plafond d’imputation est doublé !

Pour lutter contre les « passoires thermiques » et donc inciter les propriétaires-bailleurs à réaliser des travaux de rénovation énergétique dans leur logement mis à la location, le gouvernement a décidé de doubler le plafond du déficit foncier pour les travaux de rénovation énergétique. Le nouveau seuil d’imputation passe alors de 21 400 € contre 10 700 € précédemment. Ce doublement de plafond est cependant accordé sous certaines conditions :

  • le déficit foncier est le résultat de dépenses de travaux de rénovation énergétique
  • le logement, qui était dans une classe énergétique E, F ou G doit passer à une classe A, B, C ou D, au plus tard le 31 décembre 2025
  • et enfin, les dépenses de rénovation énergétique doivent être faites avant le 31 décembre 2025
  • Le dispositif Pinel évolue : comment bénéficier encore du taux plein en 2023 ?

Des prix du neuf qui restent soutenus, des taux de crédit qui continuent d’augmenter et un avantage fiscal revu à la baisse… telles sont les conditions entourant en 2023 l’investissement locatif en Loi Pinel.  Ce dispositif créé en 2014 et qui octroie une réduction d’impôt en faveur de l’investissement immobilier locatif connait donc des aménagements majeurs en 2023 avec notamment une baisse sensible de son avantage fiscal (avant une disparition totale en 2024).

Ainsi pour un bien acheté en 2022, la réduction d’impôt est de :

  • 12 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 6 ans
  • 18 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 9 ans
  • 21 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 12 ans

Pour un bien acheté en 2023, la réduction d’impôt est de :

  • 10,5 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 6 ans
  • 15 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 9 ans
  • 17,5 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 12 ans

Pour un bien acheté en 2024, la réduction d’impôt est de :

  • 9 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 6 ans
  • 12 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 9 ans
  • 14 % en s’engageant à louer le bien pour une durée de 12 ans

Seul le Pinel Plus (ou Super Pinel) permettra de bénéficier de l’avantage fiscal maximum qu’octroyait le dispositif original. Mais avec des critères (en termes d’habitabilité, de performance environnementale et/ou emplacements prioritaires) nettement plus contraignants et stricts. Ainsi, les logements doivent être situés dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville et proposer un niveau de qualité supérieur à la réglementation en termes de critères environnementaux.

  • Reconductions des dispositifs Malraux et Denormandie

Rappelons que la loi Malraux est un dispositif de défiscalisation appliqué depuis 1962. Elle a pour but d‘aider les propriétaires à rénover et protéger leurs biens immobiliers compris dans un site Patrimonial Remarquable, doté d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). La loi Malraux favorise ainsi l’investissement locatif dans l’ancien et incite les investisseurs privés à contribuer à la restauration et à l’entretien du Patrimoine National. C’est un dispositif fiscal particulièrement incitatif : la réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 120.000 € sur une année (la réduction maximale est de 30% des travaux, et ceux-ci sont plafonnés à 400.000 € tous les 4 ans).

La loi Denormandie, quant à elle, n’évolue pas non plus en 2023. Cette réduction d’impôt sur le revenu vise les particuliers achetant un logement à rénover pour le mettre en location, dans un quartier ancien dégradé. Elle permet de bénéficier d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 21% dans la limite de 300 000 €. Cette réduction fiscale entre dans le plafonnement des niches fiscales de 10 000 € par an. Et pour bénéficier de l’avantage fiscal, le bien dit être loué de 6 à 12 ans avec des loyers plafonnés. Un investissement loi Denormandie permet donc au contribuable de se constituer un patrimoine en ne finançant qu’une partie de l’appartement.

  • Fin du Dispositif Censi Bouvard

Ce dispositif initié en 2012 par l’Etat permettait de soutenir l’investissement dans l’immobilier locatif en résidences de service neuves ou rénovées. Il n’a malheureusement pas été renouvelé en 2023. Pour rappel, les investisseurs en résidence meublée pouvaient réduire directement leur impôt d’un pourcentage du prix de revient de l’immeuble et récupérer la TVA sur le montant de l’investissement.

Clap de fin définitif donc pour ce dispositif de défiscalisation immobilière qui a bénéficié à 85 000 ménages depuis sa création (selon le rapport de l’Inspection Générale des Finances et du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable). Ce n’est pas une immense surprise dans la mesure où ce dispositif devait initialement s’arrêter en 2018, et en 2021.

 

Pour toute demande d’informations, vous pouvez contacter notre équipe KACIUS par téléphone au 01 42 66 50 70 ou par email à l’adresse contact@kacius.fr.

Faut-il investir dans le neuf en 2023 ?

Dans un contexte difficile et baissier du marché de l’immobilier neuf, c’est aujourd’hui la valorisation à long terme de cet investissement qui laisse entrevoir des perspectives intéressantes pour les acquéreurs.

C’est un fait, nous traversons une crise du logement sans pareil. Le marché du neuf est à la peine et se traduit naturellement par un repli des ventes significatif. Les raisons sont multiples avec en tête : l’inflation bien sûr, le manque notable d’offres et la folle hausse conjoncturelle des coûts de construction. Cette pénurie de l’offre neuve alors que les besoins demeurent importants font que les logements deviennent rares et chers. Les lancements commerciaux n’ont plus le même accueil qu’avant la crise.

Le constat est sans appel, le marché est tendu et le prix moyen d’un logement neuf dans les villes de plus de 50.000 habitants continue donc de grimper. Il est aujourd’hui de près de 5.500 €/m² (avec Paris en haut de classement suivi par Lyon et Nice). Et du côté des crédits immobiliers, c’est le même constat avec un taux d’emprunt qui atteint près de 2,5% en moyenne sur 20 ans en décembre (le taux d’usure étant lui passé à 3,57%) et en parallèle des conditions de financement qui se durcissent très nettement. Des conditions difficiles donc pour les investisseurs confrontés également à une obligation d’apport plus important.

  • Parlons dispositif : quelles solutions d’investissements pour 2023 ?

Soulagement sur le front des dispositifs 2023 : le Pinel instauré en 2014 est maintenu. Cependant le dispositif s’est allégé. Pour faire simple, en ne regardant que quelques indicateurs, la réduction fiscale passe à 15% sur 9 ans et 17,5% sur 12 ans (alors qu’elle était de 21% en 2022). Pour le taux plein, c’est donc vers le dispositif Pinel+ (ou super Pinel) qu’il faudra se tourner. Toutefois l’achat devra respecter des nouveaux critères (logements dits « verts » témoignant de bonnes performances énergétiques et des surfaces minimales nettement plus importantes). Peu de dossiers devraient néanmoins rentrer dans ces critères.

  • Faut-il donc investir aujourd’hui dans le neuf pour se constituer un patrimoine ou reporter à plus tard cet investissement ?

Inutile de ménager le suspense : oui, on peut encore répondre par l’affirmative en 2023 à cette question. En effet malgré une rentabilité certes moins importante (un rendement brut qui devrait se situer entre 2,5 et 4%), la reconduction du dispositif Pinel jusqu’à fin 2024 reste intéressante. Et comme il n’y a pas d’amélioration des taux d’emprunt immobilier à espérer dans un avenir proche, ni de baisse des prix substantielle à prévoir, il s’agit toujours d’une opportunité à saisir pour se construire un patrimoine immobilier.

D’autre part, la toute récente loi Climat, imposant de facto une réglementation sur le marché de l’ancien, avec l’exclusion des passoires thermiques, favorise indubitablement le Neuf. Les logements Pinel étant plus naturellement en adéquation avec les critères environnementaux draconiens de demain. L’avantage fiscale n’est plus le seul intérêt, la transmission d’un patrimoine qui sera pérennisé et valorisé sur le long terme devient un argument majeur pour les investisseurs.

Pour toute demande d’informations, vous pouvez contacter notre équipe KACIUS par téléphone au 01 42 66 50 70 ou par email à l’adresse contact@kacius.fr.

3 dispositifs prolongés en 2022

Les avantages fiscaux et financiers prolongés

Afin de faciliter l’investissement immobilier aux contribuables français, l’Assemblée Nationale prolonge certains dispositifs d’aides fiscales ou financières.

Censi-Bouvard

Ce dispositif initialement prévu jusqu’en décembre 2021 est prolongé jusqu’à fin 2022. Il permet de bénéficier d’une réduction fiscale de 11% du prix du bien. La loi Censi-Bouvard concerne les investissements en location meublée dans des résidences de services (immobilier neuf).

Afin d’obtenir la réduction d’impôt, l’investisseur doit louer le logement pendant 9 ans minimum. Il a aussi la possibilité de récupérer la TVA du montant du bien.

Cette loi complète le dispositif LMNP.

Denormandie

La loi Denormandie qui devait prendre fin en décembre 2021 est également prolongée, les contribuables pourront en profiter jusqu’à fin 2023. Ce dispositif se calque sur la loi Pinel, à la différence qu’il concerne les biens anciens à rénover. Les réductions d’impôts vont de 12 à 21% du prix du bien. Les logements concernés se trouvent dans des quartiers anciens et/ou dégradés.

Les conditions pour bénéficier des avantages fiscaux sont géographiques d’une part (245 communes répondent aux critères de la loi) et concernent la nature des travaux d’autre part. Le montant des travaux doit représenter plus de 25% du montant total de l’investissement.

Le vrai atout de la loi Denormandie est de pouvoir investir en centre-ville dans des villes moyennes en plein développement.

Découvrez le dernier projet KACIUS éligible à ce dispositif : 12 rue des Boucheries à Toulon.

PTZ

Prolongé jusqu’en 2023, le Prêt à Taux Zéro est une aide au financement pour les primo-accédants. Il complète l’emprunt bancaire avec un taux à 0%, remboursable sur 25 ans maximum. Son montant correspond à 20 ou 40% du plafond de l’opération.

À titre d’exemple, une personne qui achète un bien en zone B1 pourra bénéficier d’un PTZ de 54 000 € (= plafond de l’opération 135 000 € x 40%).

 

Pour toutes demandes d’informations sur l’un de ces dispositifs, nous vous invitons à contacter nos experts KACIUS.

Logement : le prêt à taux zéro reconduit

Julien Denormandie, secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires a annoncé que le Prêt à Taux Zéro (PTZ) serait renouvelé en 2018. Il a d’ailleurs déclaré sur RTL « On le reconduira de manière plus ciblée, c’est-à-dire pas de la même manière partout sur le territoire (…), là où il est le plus nécessaire pour les Français, dans les zones tendues, là où la demande de logements excède fortement  »

Logement : le prêt à taux zéro, c’est quoi ?

Le PTZ est un prêt aidé par l’Etat permettant l’accession sociale à la propriété. C’est un moyen largement utilisé par les français. Il est éligible selon certaines exigences telles que : être primo-accédant ou répondre à un certain plafond de ressources. L’éco PTZ a également été mise ne place, cette aide financière est destinée à la rénovation.

Logement : le prêt à taux zéro en 2016

En 2016 le gouvernement en place a assoupli les conditions d’accès au PTZ en augmentant les plafonds de revenus des ménages éligibles afin de les aligner sur ceux du logement intermédiaire. Ainsi 120 000 foyers en ont profité, soit le double de ménages par rapport à 2015, pour un coût d’environ 800 Millions d’euros pour l’Etat.

Logement : le prêt à taux zéro dans l’immobilier ancien

Le PTZ est également effectif dans l’immobilier ancien, sous réserve de travaux. De la même manière que le dispositif Pinel et compte tenu des taux de crédits immobiliers très bas, cette aide publique à largement permis la construction de logements neufs.
Dans son projet de Loi finance 2018, le gouvernement prévoit de générer 20 milliards d’économies dans les secteurs de l’emploi, le transport et l’immobilier.
Le gouvernement dévoilera le 22 septembre son nouveau plan logement et le dispositif qui succédera au Pinel qui coûte aux finances publiques 360 Millions par an.

Quid de la loi Pinel après le 31 décembre 2017

Dans le contexte économique que nous connaissons actuellement, la question du logement est au cœur des préoccupations. La nomination d’Emmanuelle Cosse, le 11 février dernier au poste de Ministre du Logement, suscite quelques interrogations au sujet des modifications qui vont être apportées aux différents dispositifs fiscaux déjà en vigueur.

Aujourd’hui, un de ces dispositifs a permis la relance du secteur de l’immobilier ; il s’agit de la loi Pinel. Elle permet d’investir dans des logements neufs tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt, selon la durée de mise en location, pouvant aller jusqu’à 63 000 euros pour 12 ans. Cependant, certains points, tels que le plafonnement des loyers ou les conditions d’éligibilité, sont encore sujets à controverse. Soutenue par des taux d’emprunt particulièrement bas et des mesures incitatives, la loi Pinel redynamise le marché en offrant à un plus large public l’opportunité d’investir dans l’immobilier locatif neuf (primo-accédant, jeunes actifs, ménages modestes).

François Hollande l’a enfin confirmé, la loi Pinel restera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017. Les différentes parties-prenantes s’interrogent désormais sur la pérennité de cet avantageux dispositif (investisseurs, constructeurs, professionnels, promoteurs…). L’avenir de la loi Pinel est donc plutôt favorable ; La ministre du logement ayant reconnu son efficacité, elle envisage une reconduction du dispositif en instaurant quelques modifications.

Il est donc possible que le plafonnement des loyers soit réévalué afin de répondre à l’objectif principal des investisseurs : le rendement. En effet, avec un rendement mensuel plus élevé, les investisseurs encore indécis pourraient être séduits par cette nouvelle perspective. Une modification des conditions d’éligibilité est également envisagée, elle impacterai aussi bien la localisation du bien (élargissement de la zone) que les revenus locatifs.

Enfin, il est fort probable que’Emmanuelle Cosse, du fait de son appartenance au mouvement écologique, instaure de nouvelles réglementations afin de développer les logements respectueux de l’environnement et ce avec des normes énergétiques et de consommation plus importantes.

Le dispositif Pinel pourrait toutefois s’éteindre après 2017. C’est donc le moment d’étudier sérieusement cette opportunité d’investissement avant son échéance.

Pour découvrir les programmes disponibles en loi Pinel, n’hésitez pas à nous contacter du lundi au vendredi de 9h à 19h ou à visiter notre site dédié au dispositif Loi Pinel 2016.

La qualité des constructions en immobilier neuf

Comment les propriétaires et les investisseurs en immobilier neuf perçoivent-ils la qualité des constructions réalisées ? Une enquête récente tendrait à montrer une certaine insatisfaction des propriétaires face aux promoteurs immobiliers.

Les investisseurs sont-ils satisfaits de la qualité des constructions ?

L’UFC Que Choisir publie une enquête dont les conclusions soulèvent plusieurs questions. Une part importante des nouveaux propriétaires déclarent être insatisfaits de la qualité des constructions réalisées par les constructeurs et les promoteurs immobiliers.

Les nouveaux propriétaires de logements neufs se disent satisfaits à 52% du promoteur du programme immobilier et à 70% du constructeur. L’enquête d’UFC Que Choisir a été réalisée auprès de 962 propriétaires, dont des investisseurs en loi Pinel.

La qualité générale des constructions en immobilier laisserait-elle à désirer ? En fait, de nombreux critères ont été pris en compte : l’accueil, le respect des engagements, la conduite des travaux et la livraison finale.

Quelles sont les lacunes pointées du doigt chez les constructeurs et les promoteurs ?

A travers cette enquête, les promoteurs ont été plus critiqués que les constructeurs. Cette insatisfaction concerne-t-elle des problèmes techniques ? Oui en partie : de nombreux défauts sont constatés par les clients lors de leur possession d’un logement neuf.

A la livraison d’un logement, constructeurs et promoteurs ne suscitent que 58 % et 47 % de satisfaction.

« Des défauts liés en priorité à des problèmes d’étanchéité, de condensation et ­d’infiltration. Mais les soucis liés au chauffage, à l’électricité ou à la stabilité du terrain sont également souvent cités », cite l’étude.

En revanche, les propriétaires sont satisfaits de la qualité du contrat : 78% de satisfaction pour les constructeurs et 71% pour les promoteurs. C’est donc bien la qualité des travaux qui suscitent des déceptions : les promoteurs ne suscitent que 48% d’avis favorables contre 60% chez les constructeurs.

Eviter les déceptions lors d’un investissement immobilier dans le neuf

Dans le cadre d’un investissement en immobilier locatif, l’investisseur ne sera pas l’occupant du logement. Toutefois, le résultat de cette étude doit aiguiller cet investisseur vers un choix rationnel et exigent en matière de qualité de construction. Pour cela, il est plus prudent de faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine indépendant : celui-ci veillera à l’adéquation du programme avec votre profil et vos objectifs. Il suivra votre dossier tout au long de votre projet et vous présentera des projets de qualité.

Source : agefiactifs.com

IMMOBILIER NEUF. Les ventes de logements progressent encore

Les ventes de logements neufs continuent à progresser en France. Une nouvelle qui devrait rassurer les professionnels autant que les investisseurs. Ces ventes ont bel et bien augmenté de 21,8% au 2e trimestre 2015 par rapport à la même période en 2014. Cette hausse concerne davantage les logements collectifs que les maisons individuelles, ce qui indique clairement que les investisseurs sont au cœur de ce progrès des ventes.

Augmentation des ventes de logements neufs en France

Les inquiétudes étaient là, mais la nouvelle a de quoi rassurer. En effet, les ventes de logements neufs en France continuent d’augmenter si bien qu’on peut même parler d’une « accélération ». Elles ont progressé de 21,8% au secp,d trimestre par rapport à la même période de 2014. Ces chiffres sont fiables puisque fournis par le ministère du Logement et de l’Egalité des territoires.

La hausse de ventes de logements neufs est-elle également répartie ?

Cette hausse des ventes concernent les logements collectifs (+23,4%) d’avantage que les maisons individuelles (+6,0%). Au total, il s’agit de 26 533 logements neufs réservés d’avril à juin 2015. L’an dernier, les chiffres fournis mentionnaient 21 784 réservations. Un niveau qui permet de voir l’avenir de façon optimiste en matière de logements.

Loi Pinel 2015 : où investissent les Français ?

Cette forte hausse touche en premier lieu les appartements. Au 2e trimestre 2015, les réservations d’appartements sont de 24 500 lots. Un niveau que l’on attendait de revoir depuis 2011. Les investisseurs privilégient pour l’instant les logements de petites surfaces, comme les studios (+ 36,8%).

Malheureusement, les mises en vente de logements diminuent de 2,7% par rapport au 2e trimestre 2014. Les appartements de grandes surfaces, comme les T3, T4 ou T5, sont le plus concerné. Un indicateur a surveiller de près pour les prochains mois.

> Vous souhaitez également investir en loi Pinel ?

Comment profiter du dispositif Pinel

Vous voulez réaliser un investissement en immobilier locatif avec le dispositif fiscal de la loi Pinel ? Apprenez quelles sont les conditions à respecter pour bénéficier des avantages du dispositif qui a remplacé la loi Duflot. Pour réduire ses impôts avec la loi Pinel 2015, il y a en effet des conditions à respecter.

Qu’est-ce qu’un programme loi Pinel ?

Connaissez-vous les critères d’éligibilité au dispositif Pinel ? En fait, les critères n’ont pas beaucoup évolué depuis la loi Duflot. Il s’agit, avec les nouvelles mesures, d’une amélioration des critères d’éligibilité. Votre domiciliation doit être en France et vous devez acheter le logement objet de votre investissement avant le 31 décembre 2016. Le logement doit être mis en location.

Le logement loi Pinel est un logement neuf ou un logement en état de futur achèvement (Vefa) ou, même si cela est plus rare dans les offres proposées, un logement ancien réhabilité (on parle de Loi Pinel ancien pour que ce soit simple à identifier).

Il y a un critère géographique en investissement Pinel : ce dispositif fiscal s’applique dans des zones spécifiques, intitulées Zone A, Zone A bis, Zone B1 et Zone B2 loi Pinel. Elles ont été créées pour délimiter des zones tendues où l’offre locative est à inférieure à la demande ou l’accessibilité au logement problématique.

Des critères de performance énergétique ont été inscrits et réévalués en loi Pinel 2015. Les logements éligibles à la loi Pinel répondent à des exigences modernes en termes d’économie d’énergie et d’écologie. Pour être éligible, l’immeuble doit être labellisé BBC 2005 ou être conforme au label RT 2012, qui est la Réglementation thermique 2012.

L’investissement loi Pinel est plafonné à 300 000 € et/ou à 5500 €/m².

Mise en location du logement loi Pinel : que savoir ?

Si vous souhaitez bénéficier de la réduction d’impôt de la loi Pinel, il ne suffit pas d’acquérir un logement éligible au dispositif : il faut encore le louer à un locataire. Dans le cadre de la loi Pinel, l’investisseur s’engage effectivement à mettre le logement en location dans un délai d’un an après l’achèvement des travaux. C’est pourquoi il est primordial de faire l’acquisition d’un logement très bien situé où le potentiel locatif est fort.

La mise en location loi Pinel s’étend sur une durée minimale de 6 ou 9 ans, avec possibilité de prolongation pendant 3 ans, soit jusqu’à 12 ans de location, pour pouvoir bénéficier des avantages du dispositif.

Il faut prendre en compte aussi deux plafonds sur la location : le plafond de loyer et le plafond de ressources du locataire. Le plafond de loyer Pinel dépend de la surface et de la localisation du bien immobilier éligible selon les zones géographiques cités ci-dessus. Les nouveaux plafonds de ressources loi Pinel sont disponibles également depuis juin 2015.

De nombreux investisseurs se demandent à qui ils peuvent louer leur bien. Le locataire doit louer le logement Pinel en tant qu’habitation principale et ne pas faire partie de votre foyer fiscal. Cependant, le locataire peut être un ascendant ou un descendant.

Avantage fiscal de la loi Pinel

La réduction d’impôt loi Pinel s’élève à 12%, 18% ou 21% du prix de l’acquisition selon la durée d’engagement de location (6, 9 ou 12 ans). Si vous voulez être certains que la loi Pinel est bien le dispositif fiscal qui correspond à votre profil, contactez l’un de nos conseillers en gestion de patrimoine.

  • 1
  • 2